Sans trop nous presser, car la Messe est à 11h à l'église de Pleyben, nous préparons toutes nos affaires sous un ciel gris mais pas menaçant.
Les autres cyclo-campeurs ne semblent pas plus pressés que nous car nous sommes quasiment les premiers à partir.
Fidèles à notre habitude, nous passons le portail du camping peu avant 9h30 et nous gravissons la première côte jusqu'à Pleyben (que nous connaissons déjà) pour nous échauffer.

En effet, nous sommes devant l'entrée de l'église à 9h50... pour la Messe de 11h, on ne peut pas dire que nous sommes en retard ! ;-)
Nous remarquons aussi que la Messe est célébrée à 11h également à Brasparts : c'est sur notre route, il faut pédaler pendant 10 km... Ca doit être bon, si les dénivelés ne sont pas trop importants (car on attaque le coeur des Monts d'Arrée).

Un peu téméraires (mais pas trop quand même : 1h10 pour 10 km, cela fait une moyenne de 8,6 km/h... jouable ! ), nous reprenons donc la route et nous gravissons la pente (toujours en profitant des descentes avant) pour arriver à Brasparts vers 10h25. 8-)
Nous avons même le temps d'acheter une baguette de pain pour le pique-nique avant la Messe.

Après la Messe, nous reprenons la route vers les plus hauts sommets de Bretagne : Roc'h Ruz, Tuchenn Gador, Roc Trévézel, Roc Trédudon et la montagne Saint-Michel... Qui dit sommets, dit montées... mais celles-ci furent moins éreintantes que prévues et le tandem progresse plutôt bien sur ces routes agréables.
Nous arrivons au pied de Saint-Michel de Brasparts (petite chapelle posée au sommet de la montagne Saint-Michel) avec une moyenne de 17,3 km/h de moyenne au compteur depuis Pleyben : plutôt encourageant pour le reste de l'étape.

De retour au tandem, nous vérifions que les 3 rayons cassés de la veille n'ont pas fait trop d'émules parmi leurs congénères... :-( Malheureusement, un autre rayon a décidé de prendre la tangente (c'est le cas de le dire;-)) et un autre montre des symptômes inquiétants : tension faible, attache flexible... Il va falloir se la jouer tranquille si l'on veut arriver entier à Saint-Pol.

Afin de ne pas tomber en rade au milieu de nulle part, nous prenons les devants et appelons un ami la voiture-balai : la maman d'Egareg nous avait proposé son aide "au cas où..."
Nous nous donnons donc rendez-vous à Saint-Sauveur (c'était presque prémédité, non ?), après Commana et sortis des Monts d'Arrée.

Nous pédalons donc tranquillement vers le lieu de rendez-vous sans trop forcer dans les descentes, qui sont pourtant claires et sans détours dangereux.
Finalement, les Monts d'Arrée, que nous appréhendions, n'ont pas été trop difficiles et nous n'avons pas souffert des grosses montées que nous redoutions après les épreuves de la région de Morlaix et Lannion.
Nous entamons notre pique-nique vers 14h au pied de la chapelle de Saint-Sauveur et nous attendons que le véhicule de soutien arrive.

Pendant ce temps, la question revient sur le tapis, sachant qu'il y a 4 ou 5 rayons cassés (dont 3 côte-à-côte:-() et 2 peu fiables : faut-il continuer, faut-il arrếter ?
Nous n'avons jamais été aussi près du but... mais il ne faudrait pas non plus finir dans le talus ou à l'hôpital...
Il reste 33 km à parcourir jusqu'à Saint-Pol : si nous arrêtons là notre périple, il nous sera possible de le reprendre plus tard sans trop de difficultés et terminer ainsi notre pèlerinage. Mais avec l'incertitude de la date...

Une fois la maman d'Egareg arrivée, nous décidons de charger les bagages dans la voiture et de poursuivre avec le tandem 'à vide'. La voiture suivra derrière et récupérera tandem et pédaleurs si la roue arrière montre trop de signes de faiblesse.

Comme nous pensions mettre presque 2h pour rallier Saint-Pol, la voiture prend son temps en chinant dans un dépôt-vente et le tandem part en tête... et ne sera pas rattrapé ! 8-)
En effet, la route vers Saint-Pol de Léon est un immense faux-plat descendant ponctué de légères descentes et d'infimes montées et nous filons donc à une vitesse de 33 km/h vers l'ultime halte de notre pèlerinage.
Avant que la maman d'Egareg n'arrive à Saint-Pol, nous aurons d'ailleurs le temps de nous arrêter quelques instants au pied de Saint Pol Aurélien et de discuter un peu avec la guide de la SPREV qui nous avait fait visité la cathédrale le jour de notre départ.

Echu eo an Tro Breiz-mañ ! Mad e oa ! LOL (Ce Tro Breiz est fini ! C'était bien ! )