Après une bonne nuit reposante sous la tente, nous avons pris le temps de charger à nouveau le tandem après avoir pris un petit-déjeuner chaud et nous sommes partis du camping de Garlan à 9h35.

Nous avons suivi les conseils de la gérante et nous n'avons pas tout de suite pris la grand'route vers Lanmeur. La gérante nous avait promis une grande côte et, malheureusement, elle ne nous avait pas menti. Le début était rude alors que la journée s'annonçait chaude et ensoleillée comme la veille.
Passé Lanmeur, nous avons emprunté une petite route qui ne nous a pas vu très longtemps : nous y avons battu notre record de vitesse avec une pointe enregistrée à 69,9 km/h ! Ca décoiffe ! Heureusement que la route était droite et déserte.
Mais la montée qui a suivi a été difficile malgré l'élan. Tout comme les innombrables montées qui ont suivies : il semble y avoir plus de montées que de descentes entre Morlaix et Tréguier ! D'autant plus que la parité n'est pas vraiment respectée : les montées durent nettement plus longtemps que les descentes. C'est trop injuste !

Surtout qu'en voulant éviter la grosse départementale, nous nous sommes engagés vaillamment sur des petites routes fort charmantes qui coupent de nombreux cours d'eau et rivières. Qui dit cours d'eau dit vallée, qui dit vallée dit... descentes et montées ! Plus ou moins prononcées, plus ou moins longues... Mais plutôt plus que moins, malheureusement pour nos mollets ! Plutôt que de persister dans notre erreur, nous avons bifurqué vers Saint-Michel-en-Grève où nous avons longé la mer avant d'attaquer... une montée mémorable ! Longue, très longue... Pentue juste ce qu'il fallait pour que l'on aille plus vite en pédalant qu'en marchant, nous croyions voir le bout et le sommet à chaque sortie de virage, mais c'était pour constater que la route continuait à monter sans tenir compte des efforts déjà fournis.

Heureusement, une fois le haut atteint, cette côte nous laissa tranquilles jusqu'à Lannion que l'on atteint peu avant midi. Le temps de faire quelques emplettes et nous voilà, en bas d'une belle descente, installés face au Léguer pour déguster notre pique-nique bien mérité. 16.6 km/h de moyenne pour la matinée, ce n'est pas très fameux mais nous sommes passablement rincés. Le soleil commence à taper et nous redoutons d'avoir d'autres côtes à affronter dans l'après-midi.

L'après-midi fut un peu meilleure : la moyenne totale est remontée à 17,4 km/h et le trajet n'a été ponctué que de 2 ou 3 côtes, mais bien moins méchantes que leurs cousines du matin, malgré les chevrons mentionnés sur la carte Michelin.
L'arrivée à Tréguier se mérite tout de même un peu : depuis la Roche-Derrien, il faut de bons mollets pour monter vers la cathédrale.
Pour notre part, en haut de la côte, nous avons préféré aller tout de suite au camping pour nous installer, savourer une bonne douche méritée et nous changer avant d'aller rendre visite à Saint-Tugdual en sa cathédrale. Arrivés au camping vers 15h30, nous avions de la marge puisque nous avions prévu d'être à la Messe à la cathédrale à 18h.

Nous avons donc détaché toutes les sacoches pour retourner à Tréguier : pas la peine d'apporter des kilos superflus pour une balade en soirée.
Malheureusement, les guides bénévoles de la SPREV étaient tous pris par des groupes et nous nous sommes donc contentés d'une visite sans guide. Messe et adoration ont suivies cette visite, puis nous sommes retournés vers nos pénates en ayant pris soin de faire quelques courses pour le dîner et le petit-déjeuner de demain.


Une seconde étape qui a commencé difficilement et s'est terminée plus facilement.

Bougez le curseur du profil altimétrique pour voir sur le parcours où l'on a dévalé en roue libre et où l'on a dû mettre pied à terre pour pousser le tandem.